L’accessibilité communicationnelle pour les personnes sourdes

L’accessibilité communicationnelle pour les personnes sourdes

Télécharger le document « Accessibilité communicationnelle pour les personnes sourdes » en version Word

Langage par signesEn période de mesures d’urgence, la communication verbale passe par différents moyens selon le type de limitation auditive. Pour les personnes sourdes, le recours à des interprètes en langue des signes lors des points de presse afin d’être informées en même temps que le monde est essentiel pour assurer leur sécurité et faciliter la compréhension des directives et des consignes.
Le Verglas de 1998, a certes permis des avancées pour rejoindre les personnes sourdes et malentendantes lors d’événements majeurs nécessitant des mesures d’urgence…

22 ans plus tard, nous voyons enfin des interprètes à l’œuvre, auprès du Premier ministre du Canada, du Premier Ministre du Québec, de la mairesse de Montréal et la directrice de la Direction régionale de la santé publique de Montréal.

La Direction régionale de la santé publique de la Montérégie aurait avantage à s’adresser à la population en s’assurant d’une interprétation en simultané ou en différé, en incluant des sous-titres. Selon des statistiques récentes (2017), 17,4% de la population québécoise de 15 ans et plus vit avec une limitation auditive, allant de troubles légers de l’audition à la surdité profonde.

En Montérégie cela représente plus de 30 000 personnes. Il s’agit pour la plupart de personnes malentendantes, devenues sourdes qui ne communiquent pas en langue des signes. Pour les rejoindre, il faut miser sur les sous-titres, non seulement à la télévision, mais aussi pour des capsules, balado et webinaires. Malheureusement ce n’est pas encore très courant.

Pour les personnes qui ont recours à la lecture labiale, l’une des mesures de protection préconisée en période de pandémie s’avère une hantise pour elles, ne pouvant plus voir les lèvres de leurs interlocuteurs.

Il existe des masques de protection avec « fenêtres », mais cela était jusqu’à tout récemment peu répandu, et encore plus difficile de s’en procurer.
Ceci n’est un très bref aperçu des multiples défis que représente l’accessibilité à la communication selon les divers types de surdité. Et pourtant, la communication est un besoin fondamental pour tout être humain.

Lucie Bourassa
Association Montérégienne de la surdité
amsinc2@hotmail.com 

Laisser un commentaire